Les finances du FCSM sont dans le rouge

L’année dernière nous avions réalisé un bilan des dernières années PSA à la tête du FCSM, axé sur la gestion de la descente. Cette année encore, nous nous sommes procuré les comptes du FCSM version Ledus, auprès du greffe du tribunal de commerce. Il s’agit de documents publics qui donnent une vision complète de l’état du club. Ces comptes portent sur la saison 2015/2016. Ils démontrent que les craintes exprimées par beaucoup d’entre nous étaient malheureusement fondées.

Chiffre d’affaires

Il avait chuté de 29M€ à 21M€ avec la descente. Il s’est de nouveau effondré cette année passant de 21M€ à 15M€. Les chiffres évoqués dans la presse tournaient autour de 16,5 M€, ce qui est cohérent.

comptefcsm2016_1

Deux explications à cette baisse du chiffre d’affaires. Premièrement, la baisse des droits télé, avec une saison médiocre le FCSM a été moins médiatisé et donc moins rémunéré.

Deuxièmement, l’absence de ventes réalisées. Si le capital joueur avait permis d’amortir la chute l’année dernière en vendant plutôt bien, pour cette saison aucun transfert payant n’a été réalisé. Comme d’habitude il faudra attendre les rapports de la DNCG pour faire une comparaison plus détaillée, mais cela nous donne quand même une idée d’ensemble des rentrées d’argent du club.

Dans le compte de résultats, il faut regarder en particulier la catégorie « autres produits », qui englobe notamment les produits exceptionnels, où l’on retrouve les transferts et les produits de gestion (bonus sur les précédentes ventes). Ce montant est à la baisse avec un peu plus de 2M€, mais les produits de gestions ont augmentés de 400 % passant de 200 000 à 800 000€.

2013/2014 2014/2015 2015/2016
Autres produits 6 052 466 6 895 497 2 090 207

On voit là toute la problématique de la Ligue 2 qui ne favorise pas les transferts payants, mais conduit à privilégier des ruptures à l’amiable entre les joueurs et le club.

Une masse salariale en hausse !

Si pour sa première année de ligue 2, le FCSM avait réduit sa masse salariale, celle-ci est repartie à la hausse avec Ledus, malgré quelques départs importants (Pelé, Lopy, Butin, Kharja). En dépit d’une grille de salaire plafonnée, il se confirme que les recrues 2015/2016 ne sont pas venues au FCSM que pour le charme du projet ! L’apport d’un directeur général dans l’organigramme, particulièrement bien payé, participe de cette inflation.

Le FCSM doit toujours faire face à un centre de formation de haut niveau, avec des coûts de fonctionnement importants. L’année dernière une saignée avait été faite dans les effectifs de structure, ils sont légèrement repartis à la hausse avec l’embauche de 8 personnes supplémentaires, avec 142 personnes fin juin 2016.

Dans les documents auquel nous avons eu accès, le salaire du DG du FCSM est dévoilé. Loin des rumeurs les plus fantaisistes entendues ici et là, le salaire mensuel de Kaenzig tourne quand même entre 25 K€ et 40K€ mensuel ! (25 si remunénaration englobée d’aout à novembre dans la-dite convention ou 40 si on parle de sa rémunération à la date de la signature de la convention)

comptefcsm_2016_2

Les primes des joueurs se sont aussi envolées cette année malgré la lutte pour le maintien toute la saison. Le parcours en coupe de France a largement contribué à faire exploser cette enveloppe (+800K €) mais n’explique pas totalement ce montant puisque le club  n’a touché qu’environ 550 000 € pour son parcours en coupe de la part de la FFF.

2013/2014 2014/2015 2015/2016
Salaire et traitements 15 694 724 7 592 375 9 086 377
Charges Sociales 5 438 602 2 954 481 3 574 179
Total masse salariale 21 133 326 10 546 856 12 660 556

Autre poste très coûteux, la ligne Autres achats et charges externes dont nous n’avons toujours pas le détail, mais qui correspond généralement au train de vie du club (transport, énergie, loyer, téléphone, location etc…).

2013/2014 2014/2015 2015/2016
Autres Achats et charges externes 10 128 734 6 915 460 7 632 447

Dans ce poste on retrouve le loyer du stade Bonal que Pays de Montbéliard Agglomération met à disposition du club à travers une convention signée en 2010 pour une charge global de 389 000 € pour le club, montant qui n’a pas évolué.

Les ruptures conventionnelles entre les joueurs et le club avaient plombés le budget de 3 092 515 €, l’année dernière, cette année cette somme s’élève à 821 467 €.

Enfin, viennent se rajouter différents postes comme les impôts, l’achat de marchandises et la variation des stocks. Point positif, le merchandising est en hausse puisque l’achat de marchandises a plus que doublé alors que les stocks ont baissé.

2013/2014 2014/2015 2015/2016
Impôts 1 170 126 761 255 577 635
Autres charges 5 410 712* 296 346 315 031
Marchandises 156 449 86 052 182 254
Autres produits 63 812 29 315 20 634

Toutes les dépenses cumulées, le FCSM a un total de charges d’environ 21 400 000 € au 30 juin 2015. Charges au final quasi identiques à l’année dernière mais avec une ventilation bien différentes.

A l’issue de l’exercice 2015/16, le résultat d’exploitation est donc négatif, à hauteur de 6 200 000 € !

La situation actuelle de la trésorerie du FCSM

Pour rappel, il y avait encore 15 M€ en caisse au 30 juin 2014, de quoi voir venir. Mais au vue du train de vie du club en ce moment, cette réserve de guerre, aura fondu comme neige au soleil en deux ans. Après les déficits des dernières années, il restait en disponibilité 7 064 523 €. On comprend mieux maintenant le mercato à 0 € et le départ des derniers gros salaires à l’inter-saison. Tech Pro vit sur la trésorerie laissée par PSA au moment de la vente, sans investissement supplémentaire.

Côté créances, plusieurs affaires sont toujours en cours sur les transferts de Yartey et Gurler. Le FCSM a prêté de l’argent à hauteur de 1 080 031 € et attend de l’argent public à hauteur 2 429 002 €, montant en légère augmentation. En tout le FCSM attend donc des rentrées d’argent d’environ 5 780 000 € à courte échéance.

Côté dettes, le FCSM a soldé au cours de la saison ses dettes envers d’autres clubs pour le transfert de joueurs (bonus) a hauteur de 500 K €.

De nouvelles affaires sont apparues. En effet, deux affaires concernant des anciens salariés du club sont engagées contre le FCSM. Ces deux salariés demandent des dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et pour une requalification en CDI. Concernant le licenciement, un accord a été trouvé avec Bernard Maraval pour un montant provisionné à hauteur de 275 000 €. La deuxième affaire est toujours en instance et le montant de la provision est de 145 000 €.

A cela se rajoutent les dettes envers les fournisseurs à hauteur 800 000 €, en baisse et envers l’administration fiscale et sociale à hauteur de 2 100 000 en hausse. Ce qui au final reste dans les mêmes proportions que l’année dernière.

Une nouvelle dette envers des associés est apparue mais elle ne devrait pas impacter les finances du club dans le futur. En effet, elle concerne le deal PSA/LEDUS au moment de la cession. PSA doit verser selon certains critères 1,5 M € au club à la fin de chaque saison. Cette somme est injectée dans le club sous forme de capitalisation. Sans attendre le versement de PSA, l’actionnaire principal du club, la société Ledus Club a décidé de procéder à cette augmentation de capital sous forme d’un prêt d’un associé sur un compte bloqué en attendant de rembourser le prêt avec l’argent de PSA. Il a donc été décidé d’augmenter le capital de 1,5 M€ avec l’émission de 93 750 nouvelles actions au prix de 16 €, prix actuel des autres actions. Ces actions sont toutes au profit de l’actionnaire Ledus Club.

comptesfcsm_20163

Pour cette année, les rumeurs tablent sur un budget aux alentours de 15 M €. Au vu du budget 2015/2016, même si les derniers gros salaires de ligue 1 sont partis (Guerbert, Faussurier) ou des premières recrues ligue 2 (Mignot, Rayos) et que le club a réalisé deux transferts (Toko-Ekambi et Diedhiou à hauteur de 1,2 M€ pour les deux) le club va, à n’en pas douter, une nouvelle fois exploser son budget.

Si la montée n’est pas au bout de la saison, l’inter-saison 2016/2017 sera déterminante pour l’avenir du FCSM, puisque Ledus aura mangé la trésorerie initiale. Il paraît difficile d’imaginer que la société hong-kongaise, en très grande difficulté comme chacun sait, soit capable de sortir les fonds pour assurer une saison supplémentaire, ni même de répondre aux demandes de garanties de la DNCG.

Nous vivons très probablement la dernière année du FCSM sous l’ère Tech Pro. L’inconnu nous attend.

8

Auteur: BonalBoy

Abonné depuis 1999 chez ce bon vieux Auguste. En tournée dans toute la France quand le vent le permet.

Laissez nous un commentaire, un encouragement ou discutez: