Le Sochalion se livre, son histoire, sa vie, ses inquiétudes

Tout ça, c’est du rêve. Notre côté enfant qui parle… Pour nous, le Sochalion ce n’est pas seulement une mascotte parmi des dizaines d’autres. Le Sochalion, ce n’est pas un instrument de comm’. Le Sochalion, c’est plus que ça. C’est notre histoire, c’est notre club, c’est le Football-Club Sochaux-Montbéliard. Le Sochalion, c’est la représentation vivante de notre attachement à notre belle Franche-Comté. Il nous rappelle et rappelle à notre équipe, son histoire et ses liens avec la région. Le Sochalion amène un peu de légèreté dans ce monde impitoyable du football professionnel.

Mise en garde : ceci est une fausse interview sérieuse du Sochalion, un moment de poésie non loin du pays des Trêlles sponsorisé par le vent et notre humeur.


#RaconteNousTonSochalion

sochalionPV

Il est au FCSM ce que sont les cigognes à l’Alsace, Avec le vent du renouveau et surtout le silence sur son cas, l’incertitude plane plus que jamais sur sa pelisse. Nous avons souhaité partir à sa rencontre, du moins à la rencontre de son fantôme, à la recherche du Sochalion désiré pour découvrir (et rêver) ses habitudes, sa vie, son avenir, son passé… La Bande à Bonal rencontre le Sochalion (ou presque) ! Entretien exclusif.

D’où viens tu, Sochalion ?

D’Afrique évidemment. Mais voilà qu’un beau matin, je me réveille au pays des Trêlles. J’ai commencé par faire mascotte pour la superette RAVI. Lorsque les Ravitaillements Peugeot ont été détrônés par le Mammouth à Taillecourt, je me suis retrouvé sur la touche. A l’époque, il se passait des choses du côté de Bonal : coupe d’Europe, du coup je me rendais au stade de plus en plus souvent. Et un jour de ligue 2 en 2001, je me suis retrouvé sur le terrain, les supporters m’ont acclamé et les joueurs m’ont porté en célébration. il a fallu me trouver un nom, le public a tout de suite retenu « Sochalion ». Chanceux j’ai évité « Bonalito » ! Je me souviens, on accueillait Wasquehal ce jour-là. De sacrés souvenirs !

Venons-en tout de suite au sujet qui fâche, que s’est-il vraiment passé lors de ce #FCSMRCSA ?

Tu veux reparler de cette histoire ! tu n’as pas peur !? Je suis amer… Sérieusement, ce soir là j’ai levé mon doigt comme d’habitude, oui, mais je dois vous dire que j’avais pas les doigts en face des gants. Ça n’a pas été facile, tout le monde à cru que ce geste était volontaire, Il y a même des journalistes qui ont écrit que j’étais devenu mauvais, alors qu’avoir 4 doigts c’est déjà pas facile, mais en plus porter un masque qui n’a qu’une expression, c’est pas évident non plus pour faire passer des expressions surtout en photo. Généralement sur le bord du terrain, je bouge tout mon corps pour donner vie au personnage du Sochalion. J’ai été lâché par mes patrons, et je l’ai encore mauvaise aujourd’hui. Mais c’est du passé, il n’est pas bon de revenir là-dessus. Aujourd’hui, je suis heureux au F.C Sochaux, et j’espère y rester encore longtemps… (Clin d’oeil chinois)

Comment entretiens-tu ton pelage ?

Mon pelage ? Du comté, matin, midi et soir. Un produit indispensable afin de le lustrer. Bien entendu, je me fais aussi dorloter. Les soigneurs et masseurs du club font un gros travail. Un bon massage du cuir poileux, il n’y a rien de tel. D’ailleurs, je voudrai rendre un rugissant hommage au Docteur Marey qui vient de quitter le club cet été… Il me remettait sur pattes en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Mais ce n’était pas qu’un médecin pour moi, c’était l’épaule sur laquelle je pouvais m’appuyer… Je ne suis pas prêt de l’oublier.

Comment vis-tu le mercato de l’intérieur ?

Le mercato des mascottes ? C’est calme cette saison… Le syndicat nous aide à ne pas nous faire arnaquer par les clubs, et c’est vraiment important. Moi, je crains une résiliation de contrat… On nous met sur la touche et si quelqu’un passe… c’est comme les animaux sur le bord de l’autoroute, on trouve de tout l’été… Et puis, c’est leur spécialité ici. Ils ont fait la même chose l’an dernier avec une dizaine de joueurs. Mais je reste confiant. D’après les collègues, M. Li est à l’écoute, tout comme Lolo (ndlr : Laurent Pernet). Maintenant, j’espère être avec vous contre Metz, en août. Affaire à suivre, comme disait mon copain Bak’ !

Niveau Jaune et bleu, c’est encourageant, on a même de bons joueurs clés en double, de quoi tenir la saison et même envisager la montée si des des blessures se profilent. Mais quand on parle de montée, il reste un soucis… les folies de Moustache (ndlr : l’honni Thiriez). Mais ça, c’est une autre histoire.

Revenons à des préoccupations plus pragmatiques, que manges-tu au petit-déjeuner ?

Malgré le fait que je sois un lionceau, mon régime se compose exclusivement de fruits et légumes. La viande de la savane est bien trop coûteuse au pays de Montbéliard et je n’ai pas besoin de vous préciser que c’est la crise… Dans les années 80 on trouvait encore du Buffle. Je me rappelle même d’un joueur qui m’avait rapporter de la gazelle. Cette saison, Stoppi (ndlr : Sunzu) m’a offert un assortiment de spécialités zambiennes avant de s’envoler pour la Chine, ça m’avait fait super plaisir. Mais je suis sportif, avant tout. Donc, je limite la viande et privilégie les céréales, les fruits et les légumes… Je dois tenir ma ligne. Chaque lundi, je passe sur la balance de Nanard (ndlr : Bernard Ginès, préparateur physique). Et il déteste lorsque je suis en surpoids… Mais pour le moment, je me trouve bien affûté. Je serai au top pour attaquer la saison… Si Dieu le veut.

Et ce quoi ce petit bidon ?

Ha ça, c’est rien, juste un ballon de rechange dans ma poche de Kangourou, au cas où.

La journée type du Sochalion ?

En général, le réveil sonne vers 7h30. Je le décale de 5 minutes. Puis de 10. Encore de 10. Et j’émerge vers 8h20. Là, c’est la panique… Chouf’ déteste que j’arrive en retard à l’entraînement. Bref, je me lève. Et là, c’est Frosties au p’tit déj’. C’est mon pote Tony qui a ce business des céréales, donc j’ai pris l’habitude de manger ça le matin. Là, je me débarbouille et je pars au Stade. J’y vais à pied… Peugeot nous avait sucré nos voitures de fonction et la CTPM, les bus du pays de Montbéliard, ne veulent pas de moi pour éviter les émeutes. Et ça ose parler d’égalité… Pas très Charlie tout ça. Bref, je pars au Stade à pattes. Entraînement. Repas, sieste, marche, sieste, marche, sieste. Le soir, j’aime bien aller au kébab manger des légumes. C’est une habitude que j’avais pris avec la Miff ! Je rentre, un épisode de Plus belle la Vie, quelques parties de FIFA, et hop je repars dormir. La même routine, chaque jour.

On entend beaucoup parler de règles de vie par le coach en ce moment, et les tiennes de règle de vie?

Running après les lapins au parcours-vita à côté de l’aérodrome tout les jours, puis surtout jardin, pour cultiver mon hygiène de vie, mieux que les légumes bio , les légumes du jardin et la sieste. Sinon rien de particulier, j’évite les sucrerie avant un match, j’évite aussi de manger et de me coucher tard, jouer à FM toute la nuit c’est pas un truc pour moi. Dès la rentrée je vais même prendre un coach pour tout ça, j’aimerais avoir la capacité de tourner autour du terrain pendant le match, du moins tant que le public encourage l’équipe.

sochalion

Comment vis-tu le changement de propriétaire ?

Écoute bien, c’est toujours triste de voir partir des collègues, où qu’ils soient dans la hiérarchie, d’autant qu’ils avaient une vraie passion pour les lions en costumes. Nous n’avons pas encore eu le temps d’échanger avec les nouveaux propriétaires de leurs visions du sochalion, avec l’histoire et le symbole qu’est le lion en Chine, j’ai hâte d’avoir cet échange. S’ouvrir à une autre culture, ça ne peut être que positif… Alors oui, c’est difficile de voir le club changer d’ère, mais peut-être que cette nouvelle page sera aussi heureuse.

Question que tout le monde se pose… Est-ce que ça schlingue à l’intérieur de sa pelisse ?

Come on ! A l’intérieur de ma pelisse, c’est une odeur de menthe boisée, un rêve ! J’ai beaucoup de chance de transpirer de la menthe boisée, ma mère me l’a toujours dit.

Face aux parents et aux gosses mal élevés, tu réussis facilement à te contrôler ?

Qui ? je n’ai jamais rencontré de tels énergumènes à Bonal, même si il y a bien une ou deux mascottes adverses qui m’ont snobé mais ça c’est une autre histoire. Dans le milieu, on est copain tant qu’il y a du respect. Après, il y en a… Je ne veux pas balancer, mais tu connais Stany ? (ndlr : mascotte de l’ASNL) Lui, c’est pas une lumière…

Est-ce que tu penses à Claude Simon, Scriabine et Gilles Deleuze lorsque tu joue ton rôle ? (Mbon là j’exagère je sais… 🙂

Remarquez que c’est comme ça, la vie, méfiez-vous des gens ! Ah les gens, ils ont l’air très gentils comme ça. Et c’est vrai ce que je dis. C’est vrai, c’est profondément vrai, voyez, c’est de la psychologie scientifique. Ils ont l’air gentils les gens. Ben je vais vous dire, vous en restez à l’image. C’est une question d’image et c’est vrai, ils sont très gentils quant à l’image. Ils ont une bonne image. Oh comme il a l’air doux ; j’en connais des « comme ça ». J’en connais, j’en connais. Comme il a l’air doux ou comme elle a l’air doux. Il a l’air doux. Je dis c’est vrai, c’est vrai, du point de vue de l’image : le contour du visage, l’expression, tout ça. Et puis tout d’un coup, il ou elle se lève. Vous vous dites c’est bizarre ! Ca ne va pas avec son image, ça ne va pas. Qu’est-ce qui se passe, qu’est-ce que, qu’est-ce que c’est ce geste ? Il ou elle a eu un geste de rapace. Ouïlle ouïlle ouïlle, vous vous dites, c’est autre chose.

Et si pour changer la mascotte devenait une lionne ?

Au final, avoir une femme ou un homme derrière un masque cela change rien, nous sommes les mêmes derrière un masque, “la nuit tous les lions sont gris dans la savane”. Être sochalion permet de garder souplesse et jeunesse. C’est pour ça que tant de fans aiment venir me caresser, je suis leur fontaine de jouvence.

Ce moment, hors du temps, nous a permis d’exprimer notre passion pour le Sochalion, ce qu’il représente pour nous… à vous désormais. Dites-nous ce que représente le Sochalion pour vous. Adulte, enfant, supporter, spectateur, Franc-Comtois, Strasbourgeois ou pas… Sur facebook, sur twitter, en commentant cet article ou même par mail ou via message privé. Il y a aussi le hashtag #RaconteNousTonSochalion dessins et vos photos avec le Sochalion sont les bienvenues…

Nous avons hâte d’écrire avec vous la suite de l’histoire du Sochalion.

0

1 commentaire

  1. TRUE STORY : Je suis en quelque sorte le papa du Sochalion. Je m’explique, un jour le quotidien Le Pays lança un concours pour trouver le nom de la mascotte du FCSM. J’ai participé et parmi plusieurs noms sortis de mon imagination, y figurait Sochalion. J’étais donc l’un des grands vainqueurs de ce concours et je m’étais même fait invité en présidentielles pour la rencontre Sochaux – Le Mans de la saison 2000-2001 (avec un joli lob de Santos) voili voilou !

    Répondre

Trackbacks/Pingbacks (rétroliens)

  1. À la poursuite du Sochalion | La Bande à Bonal - […] semaine dernière nous avons stimulé notre imagination à travers cette vrai-fausse interview du Sochalion la mascotte du FCSM. Dans…
  2. À la poursuite du Sochalion | La Bande à Bonal - […] semaine dernière nous avons stimulé notre imagination à travers cette vrai-fausse interview du Sochalion : la mascotte du FCSM.…

Laissez nous un commentaire, un encouragement ou discutez:

%d blogueurs aiment cette page :