Sur Ledus

Screenshot - 17022015 - 23:41:15Je rassemble en un post, destiné à être complété, les données factuelles … obtenues à partir de la documentation officielle publiquement disponible (mise à jour au 19/05/15).

Dernières informations : 18 mai avec l’accord de vente

Etape décisive, puisque les conditions de la vente ont été officiellement révélées. En bref, le document (qui reste à expertiser dans les détails) contient une surprise majeure, une information et de nombreuses confirmations.

La surprise tient au fait que si la vente se fait bien à 7M € comme annoncé, et en dépit des annonces d’une renégociation à la baisse par les Chinois, PSA versera 3M en retour à l’entité FCSM (et non à Ledus directement) en fins de saison 2016 et 2017. Ce versement de 3M, en deux fois 1,5M est conditionné à cinq clauses, disons de viabilité du club : (1) pas de banqueroute, faillite, (2) pas de changement de propriétaire, (3) pas de relégation en deçà de la Ligue 2, (4) pas de problèmes avec la DNCG, (5) pas de réduction du capital.

Ces clauses apparaissent comme des clauses de garanties, plutôt rassurantes. Reste à savoir dans quelle mesure elles sont banales dans ce genre de vente, dans quelle mesure le montant de 3M est réellement protecteur. Les actifs du FCSM sont en effet estimés, dans le document, autour de 20M € (sans parler de ce que pourrait rapporter le conflit avec la ligue dans l’affaire Lens, mais à PSA ou à Ledus ?). Une vente à 7M correspond à un discount de 65% comme il est écrit (ce qui nous amène à 80% si on considère que la vente se fait en réalité à 4M). Les 3M de PSA sont supposés alimenter le FCSM en augmentation de capital et non finir dans la poche de Ledus pour autre chose que le sportif.

L’information est la volonté écrite noire sur blanc de conserver le management, à l’exception de Worbe qui rejoint PSA. Cela pour garantir une continuité et conserver l’expérience accumulée. On peut donc s’attendre à voir rester quelqu’un comme Pernet, par exemple. Ici, encore, il s’agit d’informations de nature à rassurer.

Les confirmations portent sur le projet de Ledus : utiliser le FCSM comme instrument marketing, en s’installant en sponsor (contrat de sponsoring de 1,5M€ annuel), en transformant l’identité visuelle du club (Ledus a le droit d’utiliser le lion de Peugeot jusqu’en décembre 2015, le temps de concevoir cette nouvelle identité), en faisant du stade Bonal un grand démonstrateur. Le document porte une attention particulière aux chiffres de fréquentation du public, comme à ceux de la diffusion télévisée. Il s’agit toujours d’atteindre une « audience européenne ». Mais le document ressemble sur la fin à une sorte de manuel à destination d’un candide qui découvrirait le football et présente une série de leçons sur les marchés des transferts, l’importance de ne pas exploser la masse salariale, etc.

Deux problèmes majeurs demeurent : (1) l’organigramme, les noms que nous avons mentionnés (Jawhar, Lichtenauer, etc) sont toujours pressentis pour prendre une place dans le club, avec les conflits d’intérêt qu’ils comportent. La vente se fait au profit d’une filiale de Ledus, dénommée Ledus Club, sur laquelle il n’y a pour l’instant aucune information. Il sera intéressant de voir qui est placé à la tête de l’entité.

(2) le projet de Ledus paraît toujours aussi faible. Le document mentionne en particulier le fait que le FCSM dispose de 13M€ de trésorerie (20M en déc 2014, moins 6,75M de dividendes versés en mai 2015). Il est indiqué que ces 13M rendent le club autonome (self-sustain) pour les deux ans à venir. La perspective d’investissement, si on excepte le contrat de sponsoring, paraît faible. En revanche, le document insiste sur la volonté de Ledus de s’installer à long terme. Encore une fois, on peut se demander si la société mesure la quantité d’investissements nécessaires pour obtenir une « visibilité européenne ».

Dernières informations : 27 mars avec article du Parisien

L’article apporte un nom supplémentaire dans le petit groupe d’intermédiaires ayant organisé la reprise (Witzel, Lichtenauer, Jawhar), et pas des moindres puisqu’il s’agit de l’avocat Suisse Ralph Isenegger … auquel la moindre recherche google associe un nombre invraisemblable de casseroles.

Mais pour ce qui nous intéresse directement, on notera que Isenegger a été l’intermédiaire dans la vente du RCS à Hilali, lequel Hilali possède une société de « gestion de fortune » basée à Hong Kong. Nous commençons peut-être à y voir un peu plus clair quant à l’énigme principale : comment une boite mineure de Hong Kong a pu s’intéresser au FCSM ?

En gras, les dernières informations, avec notamment les articles de l’Est Républicain du 5 et 10 mars. 

La question qui se dégage du panorama suivant est simple : Ledus est-elle une vraie opportunité pour le FCSM ou bien le premier choix qui s’est présenté à PSA avec la promesse de racheter l’intégralité des parts ?

Côté points positifs, trois éléments favorables :
(1) la valorisation boursière à Honk Kong (de l’ordre d’un milliard d’euros, avec une action dont la valeur a doublé en un an) qui semble anticiper sur une croissance du marché des led à l’avenir,
(2) le projet relativement cohérent d’installation de la marque Ledus auprès des consommateurs comme des acteurs publics européens,
(3) d’après l’Est Républicain (05/03/15) PSA aurait recapitalisé le club pour rendre la vente plus attractive, ce qui devrait aussi éviter un effondrement immédiat du club,
(4) PSA aurait reçu une deuxième offre – lettre d’intention à venir – d’origine européenne (L’equipe), mais la piste Ledus resterait privilégiée (L’Est), ce qui, à condition de faire confiance à PSA en cette affaire, est un élément qui peut rassurer sur la solidité de l’offre chinoise.

Côté points négatifs :
(1) on peut se demander ce que Ledus connaît au football et si la société mesure les investissements nécessaires pour obtenir une « visibilité européenne »,
(2) les données sur l’activité (chiffre d’affaire et bénéfices) sont très éloignées de ce à quoi on pouvait s’attendre : un CA étriqué (et à la baisse) d’une vingtaine de millions d’euros, des pertes régulières (12 M € sur les six derniers mois),
(3) ces chiffres n’ont pas manqué de « traumatiser » Jean Michel Aulas, lequel s’est publiquement interrogé sur l’offre Ledus, considérant que celle-ci était inconcevable sans un deal en sous-main avec PSA (la fameuse hypothèse des Led pour les voitures) ; de nombreux clubs français sont à vendre, en quoi Sochaux serait-il un meilleur choix pour vendre des Led que Bordeaux, Lille ou Toulouse par exemple ?,
(4) l’Est Républicain (05/03/15) mentionne un intermédiaire, qui se verrait remercié de son implication par des responsabilités dans la direction sportive du futur FCSM : il s’agirait de l’agent Mulhousien Mounir Jawhar. Les informations de sa société font apparaître un redressement (2012) puis une liquidation judiciaire (2013),
(5) enfin, on peut s’interroger sur l’attractivité du FCSM pour des repreneurs potentiels dans la perspective du contentieux avec la Ligue (l’affaire de Lens) qui pourrait rapporter gros au club – le manque à gagner des droits TV – et à son repreneur.
(6) l’Est Républicain (10/03/15) confirme et précise les informations du 05 mars, en annonçant un ticket Mounir Jawhar et Jean-Luc Witzel comme responsables sportifs du nouveau FCSM. Witzel, lui aussi agent, a été recruteur puis directeur sportif du RC Strasbourg, sous la présidence Jafar Hilali. Il y avait fait venir Jean-Claude Plessis (ce qui explique peut-être pourquoi ce dernier déclarait il y a peu que la venue des Chinois était « une belle opportunité »). L’article comporte une autre information puisqu’y est nommé Thomas Lichtenauer, entrepreneur mulhousien, désigné président de Ledus France. Jean-Luc Witzel a depuis (11/03/15) démenti faire partie du projet de reprise mais confirmé avoir rencontré Lichtenauer. En guise de reprise chinoise, nous avons une reprise mulhousienne (un peu moins exotique, un peu plus cohérent ?).

Et tout cela sans parler de ce qu’un club de foot représente pour la collectivité et de ce que signifie le retrait de Peugeot pour la région, bien au-delà du football. Pour cela, il faut lire Hervé qui en parle bien.

Quatre sources fiables et intéressantes pour l’instant :

(1) la lettre d’intention de rachat dans laquelle est détaillée la stratégie de Ledus pour le FCSM

Où l’on apprend que :

– Ledus souhaite rachèter l’intégralité des parts de PSA dans le FCSM pour 7M €
– Ledus justifie ce rachat par la volonté de promouvoir la marque Ledus en Europe (et il n’est pas question explicitement de Led pour l’automobile mais de centres commerciaux et de défricher de nouveaux marchés)
– Ledus souhaite afficher leur logo : sur le logo du club et sur les maillots (et les produits dérivés)
– Ledus parle d’une diffusion des matchs à échelle européenne (ce qui paraît impliquer un peu plus d’ambition que la L2)
– Cerise sur le gâteau : l’éclairage du stade et du centre de formation seraient refaits et serviraient de vitrine aux produits de la marque
– La vente doit être conclue au plus tard le 30 juin 2015

(2) les informations boursières

– La valorisation boursière de Tech Pro – le groupe derrière Ledus – est de 1 milliard d’euros.
– Le cours de l’action a doublé sur la dernière année
– Alors que l’entreprise a subi des pertes (34 M €)
– L’entreprise est cotée depuis 2007
– L’entreprise est enregistrée aux îles Caïman, paradis fiscal

(3) le dernier rapport d’activité (2013)

– c’est le document le plus important pour connaître l’entreprise. Il est plus difficile à éplucher
– Ledus n’est pas une filiale de la holding Tech Pro. Ledus est la marque de Tech Pro : « “LEDUS” – the self-owned brand LED lighting products of the Group [Tech Pro] are distributed throughout the world, from Asia, Europe to Africa. »
– Le groupe possède 4 usines à Shenzhen, Jiangxi et Xiamen. Il a un bureau commercial en Espagne (en plus de Hong Kong et Shanghai).
– Tech Pro a changé de stratégie en 2013 pour se concentrer sur les led : abandon de la branche qui faisait des condensateurs en aluminium, augmentation de la participation dans Giga-World Industry Company Limited et U Young Technology Holdings Limited, qui possèdent les usines.
– le CA est faible (ridicule ?) et en baisse : 23M € (contre 42M€ en 2012) … (le FCSM, c’est 35M€ d’entrées avec droits TV de L1, sponsoring, billetterie et merchandising) ?!? Par comparaison quand on parlait de Lisi, c’était 1,2 milliards d’€ de CA, 128 M€ de bénéfices avant impôts.
– le faible CA est justifié de la manière suivante : (1) la baisse est attribuée à la forte concurrence sur les led, (2) les équipements pour les projets d’efficience énergétique (ex. rénovation des éclairages urbains en Espagne) sont offerts, la société touche ce qui a été économisé en gain énergétique pendant 16 ans, pas comptabilisé au CA mais comme équipement., (3) the Company received commission incomes from the customers instead of providing direct sales of products during the year ended 2013 so as to streamline the business operation.
– les pertes avant impôt sont de 35M €
– il n’est pas question de led pour automobiles, mais de vente aux particuliers et d’installation publiques (magasins, parkings, éclairage public, un Burger en Espagne mis en avant dans le rapport).

(4) le rapport intermédiaire (juin 2014)

– 12M € de pertes avant impôt sur les 6 premiers mois 2014.

Quelques petits trucs en vrac :

– quelqu’un dans le groupe devait déjà avoir une forme d’intérêt pour le football : Ledus a sponsorisé les U17 de Shanghai (voyage en Espagne ?)

Sur Witzel, Jawhar et Lichtenauer

Nous avons peu d’informations :

– les profils de leurs sociétés : WItzel, Jawhar, Lichtenauer

– concernant le passage de Witzel au RCS, le topic des supporters qui permet de se replonger dans l’atmosphère de l’époque

0

Auteur: Jon Bon Bonal

Converti de fraîche date, born again du Fc Sochaux, il écrit sur la tactique quand il ne déblatère pas en tribune nord.

3 commentaires

  1. Tu as fait une erreur sur le ÇA de lisi 420M € ce n’est que le ÇA de lisi automotive mais le groupe lisi fait plus de 1.2 milliards d € de CA

    Répondre
    • Merci beaucoup pour cette précision. Je corrige. Ça rend d’autant plus dingue les données dont on dispose sur Ledus.

      Répondre
  2. Super article comme d’hab. En espérant qu’en 2016, le lion de Peugeot laissera place au moins au lion héraldique, symbole de la franche-comté. C’est une crainte qui paraît sans doute anecdotique par rapport aux enjeux sportifs et financiers mais j’espère que l’identité du club ne vas pas en pâtir. Pas d’opérations de naming pour le stade, pas de marketing intempestif et hors de question de toucher aux couleurs !

    Répondre

Trackbacks/Pingbacks (rétroliens)

  1. Nîmes-Sochaux (2-1), la Lionceaux Académie de retour - HorsJeu.net - […] souffle au club. Ceci étant, en se basant sur un article réalisé par un supporter du FCSM (https://bonbonal.wordpress.com/2015/02/17/sur-ledus/) c’est…
  2. Saison 2 | La Bande à Bonal - […] David, on a pas mal hésité. La reprise Ledus et ses incertitudes. Allions-nous y retrouver le club tel que…
  3. Ledus dans la tourmente - La Bande à Bonal - […] nous nous sommes interrogés ici depuis le point de départ sur les capacités financières de TechPro/Ledus, et notamment sur…
  4. Krach boursier pour Ledus - La Bande à Bonal - […] fin du feuilleton Ledus se précise. Si nous avions, dès la reprise, fait part de nos doutes quant à…

Laissez nous un commentaire, un encouragement ou discutez:

%d blogueurs aiment cette page :