«On joue contre qui ?» Valenciennes


Année de création: 1913

Stade: Stade du Hainaut, 24 926 places en 2011.

Palmarès:

  • Champion de France de D2 en 1972 et de L2 en 2006.
  • Champion de France de CFA en 1998.
  • Champion de France de National en 2005.

 

Après des années 90 noires entre l’affaire VA-OM et un dépôt de bilan qui conduit le club en CFA, le Valenciennes Football Club s’est mis à revivre dans la décennie suivante avec deux montées successives en 2005 et 2006. Ensuite le destin de VA ressemble beaucoup au nôtre avec des années à lutter pour sa place en L1 – on retire nos deux parenthèses enchantées de 2007 et 2011 – et une descente en 2014. Depuis 2 saisons difficiles – entre maintien en fin de saison et saison de stress – VA a vécu une saison moyenne l’an dernier et a terminé à la 14ème place, juste derrière notre FCSM.

À noter que le club est entraîné depuis 2016 par Faruk Hadzibegic, défenseur jaune et bleu de 1987 à 1994, entraîneur en division 2 de 1995 à 1998 c’est à dire l’autre plus grande période du FCSM dans l’anti-chambre du football français.

 

Dynamique

 

Les deux derniers matchs (je ne tiens pas compte des amicaux, pas assez représentatif à mon goût):

 

1ère journée: VAFC 1 – 1 Gazélec
2ème journée: Châteauroux 0 – 1 VAFC

 

Lors de la première journée,

Valenciennes s’est mis en route en deuxième période après avoir été dominé toute la première par une équipe du Gazélec dont la première arme a été la solidarité – équipe entraînée par un certain Albert Cartier -. Hadzibegic n’avait pas misé sur la jeunesse et la folie mais sur l’expérience et le physique. VA est revenu dans le match sur un but de renard de Guezoui à la 50°.


Dans un match entre ancien sochaliens – Cartier et Hadzibegic sur les bancs, Ramaré, Diarra et Roudet (capitaine) côté VA et Jérémie Bréchet (capitaine) et Damien Perquis côté Gaz- la partie a ressemblé à un match typique de L2, avec des équipes physiques, brouillonnes dans le jeu (côté VA on regrette notamment le manque de liant entre l’attaque et la défense) et capables de faire la différence sur coup de pieds arrêtés dangereux ou sur exploit individuel. Finalement le but du Gaz à la 37° est une frappe extérieur hors de la surface du milieu M’Changama et le but de VA est la suite d’un super enchaînement dans la surface puis un but de l’attaquant Guezoui suite à une passe de Dos Santos.

Perquis- Aloé, Nestor, Pierre- Charles, Dos Santos (PasseD)- Ramaré, Diarra (Ambri 67′) , Roudet (C) , Thiago Xavier- Mothiba (Romil 81′), Guezoui (B) (Mauricio 67′)

 

Lors de la seconde journée

Valenciennes l’a certes emporté mais c’est la Berrichone de Châteauroux qui a laissé une meilleure image. Valenciennes a en effet subie plus que géré la partie et n’a pu l’emporter qu’à l’aide de son gardien Damien Perquis, de la barre et de la réussite. Valenciennes a été mis en difficulté sur les côtés et le surnombre en attaque des Castelroussins. Sur le but valenciennois – à la 48° – on retrouve le même schéma qu’au premier match, un long ballon des 25-30m dans le dos de la défense centrale qui tombe sur l’attaquant MOTHIBA. Le jeu Valenciennois passe par l’axe en ce début de saison et malgré la victoire VA ne s’est clairement pas rassurée dans le jeu.

Perquis- Pierre- Charles, Niakate, Aloé, Dos Santos- Thiago Xavier, Nestor- Mauricio (Passe D) (Karaboué 64′), Roudet (C), Guezoui (Romil 72′)- Mothiba (B) (Diarra 80′)

Joueurs à surveiller:


Damien Perquis, comme Hartock à QRM, Perquis lance bien sa saison, il ne peut rien faire sur le but encaissé mais a enchaîné les belles parades au cours des deux premières journées. Valenciennes lui doit la victoire sur le dernier match.

Guezoui, Il est le danger numéro 1 de Valenciennes. Après 2 saisons à une quinzaine de buts avec Quevilly (en CFA puis en National), il lui a fallu un seul match pour scorer à l’échelon supérieur avec une superbe enchaînement. Il a été un des rares à mettre en danger Châteauroux. Il est à surveiller de près.

Souce: Site officiel du VAFC

Roudet, on le connaît bien, un vrai 10 avec un beau pied gauche, très bon sur coup de pied arrêté. Il n’a cependant plus les mêmes jambes qu’avant et il ne redescend plus aussi souvent chercher le ballon. Il est aussi l’une des causes du manque de liant entre l’attaque et la défense car il reste trop haut. Si Ramaré revient, il est en capacité de bien le servir et on sait que Roudet reste toujours dangereux. Méfiance.

Enseignement à tirer pour nous:

Valenciennes est une équipe typique de L2, physique et qui ne cherche pas forcément à jouer au ballon. Si VA aborde la coupe comme un match de championnat, la rencontre sera intéressante pour Sochaux  – après Bourg-Péronnas qui est une équipe aimant le ballon et QRM promu qui voulait d’abord jouer avec ses armes – VA apparaît comme la première “vraie” équipe de L2 que le FCSM va affronter cette saison.

 

C’est une équipe physique, expérimentée et peu joueuse qui va nous recevoir. Si les 2 équipes sont à égalité parfaite au niveau du classement, cela semble plus logique et mérité pour Sochaux qui apparaît plus sûr de son jeu et de ses intentions.

 

Si VA cherche à continuer à passer par l’axe à travers des longs ballons, notre pressing pourra les destabiliser. Si Sochaux persiste à développer son football et forcer l’espace sur les côtés  – pas très bien couvert par VA au dernier match – la rencontre pourrait s’avérer prolifique.


Encore et toujours, Allez Sochaux !

0

Auteur: ThimBarou

Supporter Sochalien de Savoie, exilé à Nantes pour ses études !

Commentez