Bilan de l’effectif sochalien : les milieux

Grâce à notre partenaire Instat, nous disposons de données sur la Ligue 1, Ligue 2, le National et la Jupiler League belge. De quoi dresser un bilan statistique de l’effectif sochalien, en comparant les joueurs poste pour poste à leurs homologues de L2. Mais aussi explorer, pour le fun, les pistes de recrutement les plus prometteuses sur les différents championnats. Aujourd’hui nous examinons le poste de milieux axiaux (plutôt à vocation offensive).

Postes : 

 

Je ne reprends pas l’explication déjà donnée de la méthode d’analyse en composantes principales. Je me contente de passer à l’interprétation des graphiques.

L’évaluation des sochaliens

Comme pour les autres postes, une des surprises est que la stat de dribble semble déconnectée des autres éléments de la performance. Elle est corrélée ici aux duels, c’est-à-dire aux éléments les plus défensifs de l’activité. Le cadran de la performance se situe ici à gauche. En haut à gauche, les passeurs, en bas à gauche, les buteurs refoulés. C’est sur la ligne centrale, des passes clés que nous trouvons sans doute la crème des milieux offensifs.

Côté Sochalien, Martin et Larbi se distinguent dans des registres différents. Martin ressort par ses tirs, ce qui correspond à sa propension à frapper de loin, mais présente un profil très déséquilibré et en retrait de la moyenne L2 sur le reste des stats… sauf pour les passes clés, qui est sans doute l’une des plus importantes sur ce rôle. Larbi présente un profil de milieu constructeur en léger gain de qualité sur la moyenne L2. Enfin Bérenguer est plus en retrait sur les performances, ne sortant (faiblement) du lot que par les dribbles (en qualité, mais pas en volume) et les tirs. 

Qui recruter à l’ACP ?

En ligue 2

L’un des mes joueurs préférés de L2, Cavalli d’Ajaccio explose le compteur de passes clés, mais avec ce qui semble une prise de risque permanente sur les passes (faible % passes réussies). A 35 ans, il accompagne d’autres vieux routiers Ziani (Orléans, 34 ans) dans un rôle d’organisateur à la Larbi (en mieux), Gragnic (Strasbourg, 33 ans) dont le profil ressemble à celui d’un Martin avec plus fort volume de jeu. Dembelé (Niort, 29 ans) et surtout l’étonnant Ephestion (Lens, 21 ans) présentent des profils moins portés sur l’attaque, avec un gros volume de jeu. A l’inverse Fortuné (Lens, 27 ans) représente un profil offensif de 2e attaquant. Ici, le niveau de performance d’Ephestion interpelle.

Quid de la L1 ?

L’ACP L1 nous ramène quelques noms connus et confirme que Verratti est un joueur hors-classe, dont Maxime Lopez ou Seri de Nice apparaissent comme des sous-produits plus spécialisés. En profil de joueur attiré par le but, c’est Louis de Caen qui ressort, mais réglant la note de sa stat tirs par 90 minutes par un rendement quasi-inexistant partout ailleurs (mais sans doute a-t-il été utilisé en buteur ?). Rabiot et dans une moindre mesure Pajot de Saint-Etienne présentent une signature de milieux créateurs plus reculés, avec un volume d’activité important. 

Le national

Du côté du national, l’ACP fait apparaître des profils très spécialisés, sans que rien comme un Verrati potentiel ne ressorte. Coutant (31 ans, Avranche) présente un profil de vrai dribbleur/passeur. Talhaoui (35, Duchère) fournit l’équivalent d’un Cavalli par le volume de passes clés. Leroy à Sedan se rapproche d’un profil de tireur à la Martin. On notera le positionnement intéressant du jeune François, prêté par le FCSM à Belfort. 

Print Friendly, PDF & Email
4

Auteur: Jon Bon Bonal

Converti de fraîche date, born again du Fc Sochaux, il écrit sur la tactique quand il ne déblatère pas en tribune nord.

Commentez