Bilan de l’effectif sochalien : les milieux défensifs

Grâce à notre partenaire Instat, nous disposons de données sur la Ligue 1, Ligue 2, le National et la Jupiler League belge. De quoi dresser un bilan statistique de l’effectif sochalien, en comparant les joueurs poste pour poste à leurs homologues de L2. Mais aussi explorer, pour le fun, les pistes de recrutement les plus prometteuses sur les différents championnats. Aujourd’hui, nous explorons les données sur les milieux défensifs.

Postes : 

 

Je ne reprends pas l’explication déjà donnée de la méthode d’analyse en composantes principales. Je me contente de passer à l’interprétation des graphiques. Notons juste que la fiabilité de la méthode dépend (1) de la qualité des données, (2) de la pertinence des variables retenues (j’ai notamment décidé d’intégrer notamment les % d’actions réussies en plus du volume d’actions réussies par match, ce qui fait ressortir d’autres joueurs que le simple volume), (3) des variables disponibles (les données dont nous disposons ne prennent pas en compte des paramètres avancés comme la direction des passes, les interceptions, etc, ce qui changerait certainement la donne pour certains joueurs).

Dans le cas des milieux défensifs, les résultats me semblent moins fiables que pour les autres postes. Deux raisons à cela : (1) l’assignation des postes est problématiques : Fuchs, par exemple, est catalogué dans la base en milieu central, et non milieu def. On verra parfois des défenseurs centraux caractérisé en milieux défensifs, ce qui donne des profils « tour de contrôle » aérienne, un peu décalés par rapport au poste. Mélanger milieux centraux et milieux défensifs n’est pas une solution dans la mesure où les milieux offensifs sont eux aussi présents parmi les milieux centraux, ce qui éclate complètement l’analyse. (2) il faut se contenter de statistiques de base, sur les duels et les passes, sans disposer d’éléments importants comme les interceptions, par exemple.

L’évaluation des sochaliens

Étonnamment pour les milieux défensifs en L2, le % de tacles réussis n’est pas corrélé avec les autres dimensions de la performance : les passes (en haut à gauche), les duels (en haut à droite). On cherchera ici les meilleurs milieux défensifs dans le cadran en haut à droite, en se focalisant sur le travail de récupération.

Chez les sochaliens, il y a une confirmation : Tardieu est bien l’un des meilleurs milieux défensifs de L2, avec un profil équilibré entre récupération et utilisation du ballon. Mais aussi, une surprise avec le bon placement de Ramaré, parmi les meilleurs récupérateurs. Il faut dire que Ramaré aura échappé à la deuxième partie de saison sochalienne particulièrement ratée, ce qui donne peut-être un portrait un peu plus favorable. Fuchs pointe son nez dans la zone favorable, mais sans faire montre de performances exceptionnelles. En revanche, Ilaimaharitra et Ruiz confirment leur niveau de performance médiocre.

Qui recruter à l’ACP ?

En ligue 2

L’ACP fait ressortir quelques profils étonnants du côté passeurs : Béna (Niort, 19 ans), Goteni (Troyes, 21 ans) et dans une moindre mesure Daubin (Niort, 21 ans). Pour les deux premiers cités, le temps de jeu relativement faible invite cependant à relativiser le caractère exceptionnel de la performance. Tardieu apparaît comme l’élément le plus complet. Côté joueurs de duels, comme l’an dernier Nirlo (28 ans, Bourg) ressort, accompagné de Monfray (26 ans, Laval), et dans une moindre mesure Peuget (26 ans, Reims) et Sissoko (19 ans, Brest), avec des temps de jeu plus faibles. 

Quid de la L1 ?

L’ACP fait apparaître plusieurs surprises (sachant que certains absents comme Matuidi sont classés dans la basse comme milieux centraux et non milieux défensifs). Si Motta offre un profil exceptionnel de regista, ce sont les performances de Gonalons qui m’ont étonnées, tant il m’a semblé décrié au long de la saison. Vainqueur offre un profil intéressant par la sûreté des passes, mais sans atteindre le même rendement que Gonalons ou Bakayoko à la récupération. On notera que l’ACP fait ressortir le jeune Passi de Montpellier (19 ans) dans cette zone favorable, mais avec un temps de jeu qui incite à la prudence. On notera que Rémy et Tahrat font leur apparition dans les joueurs de duels aériens, ce qui est plutôt normal vu qu’ils évoluent comme défenseurs centraux plutôt que milieux défensifs !

Le national

Du côté du national, plusieurs profils ressortent, mais sans que ne s’impose immédiatement un nom évident. Héloise (33 ans, Chateauroux) est particulièrement impressionnant au duel, talonné par Kanté (28 ans, Sedan) dans le même registre de tour de contrôle. Oliveira (29 ans, Quevilly) et Paul (36 ans, Créteil) ont des profils équilibrés, mais trop âgés pour un recrutement. Danfa (26 ans, Les Herbiers) et Akichi (27 ans, Béziers) semblent offrir des profils de passeurs

0

Auteur: Jon Bon Bonal

Converti de fraîche date, born again du Fc Sochaux, il écrit sur la tactique quand il ne déblatère pas en tribune nord.

Commentez